Un cancer du sein est déjà une épreuve. Quand s’y ajoute une mastectomie totale ou partielle, l’épreuve s’intensifie souvent. Toutefois, pour retrouver sa silhouette, et sous réserve que cela soit possible, une reconstruction mammaire permet de se réapproprier son corps.

En quoi consiste la mastectomie ?

La mastectomie est une intervention chirurgicale pratiquée dans un cancer du sein sur trois. Le chirurgien enlève toute la glande mammaire, parfois le mamelon et l’aréole également, afin de supprimer la ou les tumeurs cancéreuses.

Sa fréquence s’explique par le fait qu’il s’agit de la méthode la plus efficace pour soigner un cancer du sein détecté à un stade précoce. La décision de réaliser une mastectomie est prise par les médecins lorsque le fait de conserver le sein risque de mener à une récidive du cancer ou lorsqu’il reste des cellules cancéreuses dans la glande mammaire.

Les spécialistes optent pour une ablation du sein lorsque la tumeur atteint une certaine taille par rapport au sein. La mastectomie peut être suivie par une chimiothérapie ou par une radiothérapie, afin de supprimer toutes les cellules cancéreuses.

Si le mamelon et l’aréole sont conservés, il est immédiatement pratiqué une reconstruction mammaire.

Retrouver sa poitrine grâce à la reconstruction mammaire

La reconstruction mammaire consiste à placer un implant à la place de la glande mammaire, pour conserver sa forme au sein.

Lorsque l’aréole et le mamelon sont préservés au moment de la mastectomie, le chirurgien pose directement l’implant, même si des traitements complémentaires de chimiothérapie ou de radiothérapie sont prévus par la suite.

La reconstruction mammaire peut aussi avoir lieu après la mastectomie. Plusieurs techniques sont utilisées pour la reconstruction mammaire :

  • pose d’un implant en silicone ;
  • reconstruction en mettant en place des lambeaux de peau (pris sur le ventre ou dans le dos, sur les cuisses, dans les fesses) avec de la graisse et avec ou sans muscle ;
  • lipofilling (ou lipomodelage), qui consiste à prélever de la graisse par liposuccion dans les cuisses et dans le ventre pour la réinjecter dans le sein.

Les médecins évaluent toujours le bénéfice-risque avant de procéder à une telle intervention, tout en sachant qu’ils prennent en compte l’aspect psychologique, essentiel pour une meilleure convalescence.

Une chirurgienne, spécialiste de mastopexie à Lyon, conseille par ailleurs de pratiquer, quelques mois plus tard, à une symétrisation du sein opposé, à la suite d’une reconstruction mammaire, qui peut être complétée par un lipomodelage du sein reconstruit.

Les chirurgiens esthétiques sont habitués à ce type d’intervention, tout comme la rhinoplastie médicale à Lyon par exemple, alors n’hésitez pas à les questionner : ils sauront vous rassurer pour mieux appréhender ces opérations.

Article similaire