Réaliser un électrocardiogramme est une étape vivement conseillée pour les seniors. Bien que tout le monde puisse être touché, les maladies cardio-vasculaires sont très fréquentes chez les plus de 65 ans. En fonction de l’avis de votre médecin et cardiologue, il vous sera recommandé de réaliser une coronarographie pour examiner vos artères de la meilleure façon possible.

Douleur dans la poitrine, battements anormaux, n’attendez pas pour consulter Source Freedigitalphotos

L’examen coronaire en détail

La coronarographie est en fait un examen des coronaires, c’est-à-dire des artères qui servent à faire fonctionner le cœur. On les appelle coronaires car celles-ci entoure globalement l’organe vital (à la façon d’une couronne). L’examen coronarien consiste à introduire un produit de contraste qui va permettre aux spécialistes de discerner les zones de rétrécissement dans une artère.

La ponction est pratiquée dans l’artère fémorale au niveau de l’aine ou dans l’artère radiale au niveau du poignet. En fonction des cas, l’anesthésiste optera pour une anesthésie locale ou générale. Attention il ne faut pas manger dans les 6 heures qui précèdent l’examen. Il est aussi fortement conseillé de ne pas fumer plusieurs jours avant une coronographie.

Electrocardiogramme, IRM et coronarographie sont les examens les plus répandus Source Freedigitalphotos

Différents traitements selon les cas cardio-vasculaires

Au final de l’examen coronarien, les experts tirent des conclusions sur la nature et l’importance des sténoses dans une artère. Ainsi selon les cas, différents traitements sont préconisés comme une cure médicamenteuse. Une angioplastie peut être réalisée pour gonfler l’artère et annuler ainsi son rétrécissement. Pour les cas plus importants, il est possible de poser un « stent », petit tube solide en métal qui épouse la forme de l’artère et permet ainsi une bonne liaison sanguine.

La coronarographie permet de déceler avec le plus de certitude les problèmes cardio-vasculaires (insuffisance cardiaque, angine de poitrine, infarctus…). Il existe tout de même d’autres examens dits non-invasifs qui peuvent mettre les spécialistes sur la piste d’un diagnostic comme l’électrocardiogramme et l’IRM du cœur.

Similar Posts